Mercredi des Cendres : récupération cellulaire après un stress nutritionnel

Le mardi gras est terminé, place à la période de jeûne. Même sans le contexte religieux, le jeûne jouit aujourd’hui d’une popularité croissante. Cela s’applique également aux personnes atteintes de diabète. Il y a là un potentiel que les médecins devraient utiliser. Pour que cela réussisse, il faut cependant s’assurer que les patients se confient à vous. Vous pouvez y contribuer en demandant de manière proactive.

Le mercredi des cendres et le carême

Le Mercredi des cendres, premier jour du Carême, est marqué par l’imposition des cendres de charbon. Le prêtre dépose un peu de cendres sur le front de chaque fidèle, en signe de la fragilité de l’homme, mais aussi de l’espérance en la miséricorde de Dieu. Le temps du carême est un temps autre qui incite à une mise à l’écart pour faire silence et être ainsi réceptif à la Parole de Dieu. En tout premier lieu, le jeûne est associé à l’humiliation devant Dieu. Quelques fois le jeûne était une expression de pénitence pour le péché passé. Quand l’homme se recouvre de cendres, c’est qu’il veut montrer à Dieu qu’il reconnaît ses fautes. Par voie de conséquence, il demande à Dieu le pardon de ses péchés, il fait pénitence. Il y a deux aspects du Carême. Il faut distinguer le carême de pénitence et le temps de carême liturgique baptismal qui est une préparation à Pâques. Le temps de pénitence, jeûne et abstinence, dure quarante jours qui vont du Mercredi des Cendres au Samedi Saint. Il ne comporte pas les dimanches qui sont des jours de fête.

Le carême et l’abstinence

L’occasion de redécouvrir les nombreuses vertus du jeûne, cette pratique qui fait partie de la grande tradition de l’Église et qui connaît un regain d’intérêt depuis quelques années. Dès les origines, le carême des Pacques été considéré comme un temps de purification spirituelle dans la pratique conjointe et accrue de la prière, de la charité et d’abstinence. Le Mercredi des Cendres et le Vendredi saint sont les seuls jours de jeûne proposés aujourd’hui par l’Église catholique. Le contraste est saisissant avec la pratique ancienne des chrétiens. Jeûner revenant, initialement, à se priver de nourriture et de boisson jusque tard dans l’après-midi. Durant le carême en souvenir des quarante jours du Christ au désert. Pour l’Avent, en préparation de la fête de Noël, pendant quatre semaines. Ou encore pendant les veilles de grandes fêtes religieuses et pendant les jours de rogations, journées de prières prolongées. Pendant le carême, le premier mercredi et tous les vendredis, les chrétiens se décident de ne plus rien manger pendant un moment et de ne plus boire que de l’eau.

L’inversion du diabète par des périodes de jeûne régulières – du moins dans le modèle

Le jeûne n’est pas seulement destiné aux patients diabétiques, mais peut également être bénéfique à tous. Ce constat ne devrait plus être nouveau, les preuves en sont de plus en plus nombreuses. Un article publié, il y a un an, a montré les effets favorables d’un régime alimentaire avec des périodes de jeûne régulières, régime de 4 jours, imitant le jeûne, dans le modèle de souris et sur les cellules pancréatiques humaines. La reprogrammation des cellules pancréatiques dysfonctionnelles a été favorisée, la sécrétion d’insuline restaurée et le taux de sucre dans le sang stabilisé. Par conséquent, le diabète de souris pourrait être inversé dans les deux manifestations phénotypiques type 1 et 2.

Le jeûne dans le cadre d’un élevage humain adapté à l’espèce

Le jeûne est à la mode, mais pas une mode. En fait, le jeûne périodique fait partie d’une posture humaine adaptée à l’espèce. Les gènes se souviennent peut-être encore des conditions antérieures dans lesquelles les festins de mammouths au barbecue alternaient avec des périodes de faim sans succès de chasse. Il est bien connu que les collations et les friandises qui sont omniprésentes et pratiquées aujourd’hui mettent le corps et ses cellules sous tension métabolique.

Le jeûne par intervalles : facile à essayer, possible toute une vie

Une bonne option est le jeûne par intervalles, auquel une contribution a été consacrée l’année dernière. Il s’agit de pauses alimentaires sous forme de journées individuelles, régime 5:2 dans la semaine de 7 jours ou de segments quotidiens 16:8 heures, c’est-à-dire aucune prise de nourriture entre 17h00 et 9h00. L’avantage est le changement relativement faible des habitudes alimentaires. Les mesures alimentaires radicales comportent toujours le danger de l’effet yoyo, qui n’est pas donné avec le jeûne d’intervalle selon les experts en nutrition. En principe, cela peut durer toute une vie. Après trois mois, on peut s’attendre à une diminution du poids corporel de 6,5% avec cette méthode. La perte de poids n’est cependant – si tant est qu’elle soit souhaitable – pas du tout au premier plan de la diète saine, mais le processus de purification physique. Le chanfrein est donc non seulement une mesure de maintien de la santé pour les personnes en bonne santé, mais aussi une option préventive-médicale et thérapeutique en cas de morbidité chronique. En particulier en ce qui concerne les troubles cardiovasculaires et métaboliques ainsi que les maladies neurologiques, SEP, Parkinson, démence, rhumatismales et autres maladies auto-immunes.

Le congé alimentaire favorise le nettoyage autophagocytaire

Le mot clé est autophagocytose ou autophagie. Pour la description de leurs mécanismes, le professeur japonais de l’Institut de technologie de Tokyo, a reçu l’avant-dernier prix Nobel de médecine. Si le recyclage des cellules ne fonctionne pas comme il le devrait, des malformations, des infections, des cancers, mais aussi le diabète ou la maladie de Parkinson peuvent probablement en être la conséquence. Il est raisonnable de supposer que les périodes de repos dues à un manque d’apport alimentaire peuvent être bénéfiques pour les processus d’auto-purification intracellulaire, alors que le feu continu métabolique est plutôt nocif.

Le diabète et Ramadan

Alors que la période de l’abstinence dans les cultures occidentales suit la saison du carnaval, l’abstinence motivée par la religion et encore plus drastique chez les musulmans, a lieu pendant le mois de jeûne du Ramadan. Pour les patients diabétiques et leurs médecins de famille, cela peut devenir un véritable défi. La société allemande du diabète, DDG, avait mis en place un groupe de projet spécifique à ce sujet, qui a depuis lors achevé ses travaux.

Offrez à vos patients vos conseils et votre soutien

Une clarification médicale des éventuelles contre-indications avant la diète va de soi et les patients diabétiques en particulier devraient également se voir offrir un soutien médical dans l’introduction structurée d’intervalles sans repas. C’est une bonne opportunité d’approcher les patients de manière proactive. D’une part, il est mieux de signaler à vos patients intéressés par la diète qu’ils peuvent vous parler du sujet et qu’ils n’ont pas, seulement, à le découvrir sur Internet. D’autre part, l’offre de jeûne offre une possibilité attrayante, car socialement juste hypothéquée, d’entrer dans un mode de vie plus sain. L’effet positif que peut avoir un conseil médical, s’il est donné, est démontré par les nombreuses questions posées par les patients dans les forums Internet. Des questions qu’ils ne voulaient pas ou ne pouvaient pas poser ou auxquelles ils n’ont pas pu répondre dans le cabinet du médecin. Les questions peuvent se poser comme les suivantes : le jeûne est-il adapté aux diabétiques de type 2 ? Apparemment, elle peut prévenir ou même guérir les maladies chroniques. Cette forme de jeûne renforce-t-elle réellement le système immunitaire ? Quel est le lien entre le jeûne et l’augmentation des performances mentales ?

Acheter du cannabis CBD en ligne
Comment avoir une vie longue et saine ?