Chronobiologie alimentaire : guide en ligne

Chronobiologie alimentaire

Aujourd’hui, le public fait plus attention à ce qu’il met dans son assiette. Il est vrai que les recherches dans les domaines de la santé et de la nutrition ne cessent de se développer. C’est ainsi que la chronobiologie s’est adaptée aux aliments pour permettre aux individus de mieux résister au vieillissement et aux maladies.

De quoi s’agit-il ?

D’emblée, il convient de faire la différence entre la chronobiologie et la chrononutrition que le Dr Delabos s’efforce de promouvoir. Même si ces deux concepts se basent sur la même théorie, elles ont des finalités différentes sur le plan pratique. Ainsi, la chrononutrition est surtout conçue dans le but de servir un régime d’agrandissement. De l’autre côté, la chronobiologie alimentaire se penche sur l’influence du rythme biologique sur la façon dont le corps utilise les aliments pendant la journée.

Basée sur les travaux du Professeur Jean-Robert Rapin, elle étudie la manière de manger en se reposant sur l’horloge interne du corps ou horloge biologique, selon la sécrétion d’enzymes et d’hormones. En effet, ces dernières sont les ouvrières et les messagères de la digestion des aliments. Plus concrètement, on arrive à respecter le biorythme si on apporte le bon aliment à l’organisme au bon moment, quand il en a vraiment besoin. Cela permet une meilleure assimilation des nutriments de cet aliment, ce qui apporte de réels bienfaits sur la santé d’un individu.

Comment faire pour être en harmonie avec ses rythmes biologiques ?

De nos jours, le nombre de personnes obèses ou en surpoids ne cesse d’augmenter. Or, ce problème, qui peut avoir des origines alimentaires, peut encore s’aggraver ou être favorisé si l’individu ne respecte pas les rythmes biologiques en matière d’alimentation. Ainsi, il faut savoir les pics d’insuline n’ont pas lieu pendant la nuit. Par conséquent, il vaut mieux éviter de manger des produits sucrés pendant le dîner. De même, si vous mangez trop copieusement au dîner, vous allez apporter plus d’énergie dont votre organisme a besoin. Et vous risquez de ne plus avoir faim au moment de prendre le petit-déjeuner. Vous allez donc faire l’erreur de consommer très peu pendant ce repas essentiel pour la journée, voire le sauter.

La chronobiologie alimentaire vous aide à adapter, aussi bien en quantité qu’en qualité, vos repas aux rythmes de l’assimilation des nutriments par votre organisme. Par quantité, les spécialistes dans le domaine entendent prendre 4 repas par jour, en privilégiant les légumes et les protéines. Et ce, en cherchant à réduire les aliments trop gras ou trop sucrés. En effet, vous devez être attentif à la qualité des graisses que vous absorbez. Pour ce qui est de la qualité, il est recommandé de manger varié et frais. Cela signifie qu’il est important de bien choisir les ingrédients qui vont composer vos menus. En même temps, il vous faut vous réapproprier les valeurs d’un repas bien préparé, convivial et partagé. En d’autres termes, il faut chercher à transformer vos repas en des moments de plaisir, ce qui va accroître les apports nutritionnels des aliments.  

À quels moments prendre vos repas ?

Le concept prôné par le Professeur Rapin recommande donc de prendre 4 repas par jour afin de donner à votre organisme les éléments nutritionnels dont il a besoin à un moment précis de la journée. C’est ainsi qu’il est conseillé de prendre le petit-déjeuner entre 6 heures et 8 heures du matin. En effet, c’est à ce moment que le pic de cortisol est le plus élevé. C’est pourquoi on parle souvent du petit-déjeuner copieux du roi. Ensuite, il convient de prendre le déjeuner en fin de matinée, vers 11 heures 30. On parle ici du déjeuner équilibré du prince.

Par la suite, l’heure du goûter est vers 16 ou 17 heures. On prend généralement des aliments sucrés comme compléments afin d’avoir du tonus pour terminer la journée. On parle du goûter sucré des enfants. Enfin, il ne faut surtout pas rater le dîner vers 20 heures. En effet, c’est à ce moment que le cortisol, c’est-à-dire l’hormone du jour est à son pic le plus bas. Il va être remplacé par les hormones de la nuit, à savoir les hormones de croissance et la mélatonine.

Que prendre à ces différents moments de la journée ?

Pour que le petit déjeuner réponde aux attentes de l’organisme, il faut 2 tranches de pain complet avec environ 10 grammes de beurre. Vous ne devez pas oublier d’ajouter 1 œuf entier, 1 tranche de jambon sans gras, 2 blancs d’œuf ou encore 60 grammes de fromage. Vous pouvez, si vous le souhaitez prendre du thé ou du café sans sucre et sans lait. En ce qui concerne le repas de dessert, il faut éviter les entrées et le dessert. Par conséquent, vous allez prendre un plat unique comprenant entre 150 et 200 grammes de légumes, de crudités et de salade. Vous allez simplement l’associer avec la même quantité de viande.

Pour le goûter, vos compléments seront constitués d’un verre de jus de lait frais ou d’une portion de fruit frais. Enfin, pour le dîner, les entrées et le dessert sont encore à bannir. Votre repas du soir va donc comprendre 100 à 150 grammes de salades, de légumes ou de crudités. Vous allez les associer avec 150 à 200 grammes de poisson. Il est important de noter qu’il ne faut pas consommer de la viande le soir. Mais si vous êtes vraiment dans l’obligation de le faire, optez alors pour les viandes maigres. En définitive, il s’agit de modifier vos habitudes alimentaires afin de mieux répondre aux besoins de votre organisme.

 

 

 

Acheter des produits alimentaires pour diabétique en ligne
Comment bien choisir son coach en nutrition ?