Que savez-vous de l’eau potable ?

Une eau liquide est appelée potable quand elle présente certaines caractéristiques comme une concentration en chlorures, pH neutre, température ambiante qui la rendent propre à la consommation humaine.

L’eau contient toujours des éléments organiques ou encore des micro-organismes et minéraux  et ne se trouve jamais à l’état pur (H2O).

L’eau potable doit suivre des normes de qualité, pour qu’elle soit buvable, cuite ou utilisée à des fins industrielles ou domestiques sans danger pour la santé.

Elle peut être distribuée à partir de bouteilles, du robinet et dans l’industrie, à partir de citernes.
L’eau potable fait souvent l’objet de traitements préventifs variés.

Qu’est-ce qui rend l’eau dure ? Comment la qualité de l’eau est-elle contrôlée ? Avec ces questions et d’autres sur l’eau potable en tant que denrée alimentaire. La plupart des gens ne peuvent répondre correctement qu’à une seule des trois questions sur l’eau potable. Bien que de nombreuses personnes aient une assez bonne connaissance partielle, il existe un grand déficit d’information dans l’ensemble.

L’eau dure contient beaucoup de calcium et de magnésium

Peu de gens savent que les deux minéraux, le magnésium et le calcium, sont responsables de la dureté de l’eau. Près d’une personne sur trois pense que le fer est la cause de la dureté de l’eau. Presque une personne sur quatre se trompe complètement dans la réponse “plomb”. D’ailleurs, une forte teneur en calcaire n’est pas le critère d’augmentation de la dureté de l’eau, mais elle va de pair avec celle-ci : car le calcaire est constitué d’un composé chimique du calcium “durcisseur” avec du carbone et de l’oxygène.

Le manque de connaissances est probablement la raison pour laquelle 40 % des personnes interrogées au cours d’une enquête attribuent un effet négatif sur la santé à l’eau dure et la plupart des eaux douces à un effet positif. Les résultats de l’enquête sont également confirmés par les nombreuses demandes de renseignements adressées à Forum Trinkwasser e.V. pour savoir si la consommation d’eau dure du robinet est nuisible à la santé et entraîne une calcification des veines. La réponse est non, car le calcium, en tant que composant de la chaux, est un minéral vital pour l’homme, qui sert, par exemple, à la construction des os et des dents et est essentiel au métabolisme énergétique.

Toutefois, des études montrent que, compte tenu des habitudes de consommation courantes, l’eau potable et l’eau minérale ne contribuent que dans une faible mesure à satisfaire les besoins en minéraux. Les aliments tels que le lait et les produits laitiers, le pain complet, les bananes ou les légumes sont les sources les plus importantes.

L’eau dure ou douce, une question de goût

La question de savoir si la dureté de l’eau du robinet a une influence sur le goût des boissons chaudes et froides est un sujet de désaccord entre les répondants. Près d’une personne sur deux a déclaré qu’à son avis, l’eau dure a une influence négative sur le goût du café ou du thé. Seule une personne sur trois dit cela à propos des boissons fraîches. Cependant, 33 % des personnes interrogées pensent que la dureté de l’eau n’a aucune influence sur le goût.

En fait, le café ou le thé développent mieux tout leur arôme lorsqu’ils sont préparés avec de l’eau douce. Le contraire est vrai pour les boissons fraîches : lors de dégustations professionnelles en aveugle, l’eau ayant une teneur plus élevée en minéraux se comporte souvent mieux que l’eau “douce”.

Eau potable : origine et contrôle de la qualité

La question de l’origine de l’eau potable reçoit une réponse correcte de la majorité de la population. Elle provient de diverses ressources 64 % des eaux souterraines, 27 % des eaux de surface et 9 % des eaux de source. Les trois types d’origine sont mentionnés avec à peu près la même fréquence.

La qualité de l’eau potable est soumise aux règles strictes de l’ordonnance allemande sur l’eau potable, et seules les entreprises d’approvisionnement en eau et les autorités sanitaires veillent au respect de ces règles. 89 % savent que le contrôle de la qualité de l’eau potable est la responsabilité des compagnies d’approvisionnement en eau et 70 % considèrent les autorités sanitaires comme les gardiens de la qualité. Cependant, 40 % des personnes interrogées sont convaincues que les centres de consommateurs sont responsables du contrôle de la qualité de l’eau potable. Dans l’ensemble, seuls 43 % ont répondu correctement à cette question.

L’amélioration des systèmes d’approvisionnement et d’assainissement d’eau au milieu en Europe au 19è siècle est l’augmentation des facteurs majeurs sensibles de l’espérance de vie.

Dès la fin de ce siècle, les grandes villes françaises sont dotées, d’un système d’adduction d’eau et d’égout qui a complètement atténué les risques sanitaires, surtout infectieux, liées à la consommation d’eau.

En 2010, une résolution de l’ONU reconnaît l’accès à l’eau potable propre de qualité résultant du droit de l’homme et affirme le fait que 13% de la population mondiale, soit 884 millions, en soient privés.

Presque personne ne le sait : un litre d’eau potable coûte 0,2 cent

En ce qui concerne le prix, beaucoup sont perdants. La plupart répondent à la question “Combien coûte un litre d’eau potable en moyenne ?” par “je ne sais pas”. Pour près de la moitié de la population, il se situe entre 0,7 et 50 centimes. Même 25 % des personnes interrogées ne citent pas le bon prix à environ 0,2 centime par litre. D’ailleurs, les hommes ont un meilleur sentiment sur les prix ici : un homme sur trois, mais seulement un peu moins d’une femme sur six, a raison sur cette question.

Les nappes se trouvent dans des terrains de réservoirs d’eau appelés aquifères. La structure et la porosité du terrain sont déterminés par le mode de circulation souterraine et le type de nappe.

La nappe phréatique, si elle est assez proche de la surface pour être accessible par puits, peut être libre. De ce fait, elle est alors alimentée directement par l’infiltration des eaux de pluie. Le niveau de cette nappe dépend de la quantité d’eau retenue.

La qualité de ces eaux est influencée par la qualité de l’eau de la rivière. Selon le cas particulier des nappes alluviales dans les terrains alluvionnaires, la circulation d’eau est représentée par un cours d’eau. 

Si une nappe est emprisonnée entre deux couches de terrains imperméables, elle est dite captive; ce sont les plus fréquentes et généralement les plus profondes ; il y existe une certaine pression : leur niveau piézométrique se situe généralement entre la surface du sol et leur toit imperméable ; elles sont appelées artésiennes quand ce niveau se situe au-dessus de la surface du sol où un jaillissement de l’eau lors d’un forage.

L’eau peut soit imprégner la totalité de la couche géologique considérée pour le cas des terrains poreux tels que alluvions, grès, sables, soit en s’établissant  seulement dans des fissures ou fractures de roches compactes : comme pour le cas des roches métamorphiques éruptives et des terrains calcaires. Dans ces terrains calcaires, les fissures d’origine ont été élargies de façon progressive par dissolution dans l’eau chargée de gaz carbonique circulant, on aboutit à la finalité est la formation des cavernes importantes, avec parfois des réseaux parcourus par de vrais cours d’eau souterrains qui constitue la structure karstique.

Pas de champions de la connaissance

Si la plupart des personnes connaissent assez bien l’origine et le contrôle de la qualité de l’eau potable, il existe des lacunes considérables en matière d’information sur les effets de la dureté de l’eau sur la santé ou le goût, par exemple. Seuls sept pour cent des citoyens peuvent se décrire comme de véritables champions du savoir, et un sur quatre doit même transmettre toutes les questions.

Les eaux souterraines sont toutes les eaux se trouvant sous la surface du sol, dans la zone de saturation et en contact direct avec le sol ou le sous-sol. En tant que ressource naturelle vitale et plus ou moins renouvelable et parfois transfrontalières, ces eaux posent des questions juridiques particulières.

L’eau potable doit contenir des teneurs atténues en dureté qui correspond à la minéralisation en calcium et en magnésium, avec un pH qui dépend de la teneur en ions, plus neutre pour être plus précisément, l’existence de la teneur en gaz dissous issus de l’atmosphère comme le gaz carbonique CO2 et l’oxygène O2, avec la teneur en substances minérales dissoutes généralement sous forme ionique comme les cations (sodium, calcium, potassium, magnésium, manganèse, fer,  ammonium) et les anions (chlorures, bicarbonates, sulfates, fluorures, nitrates), et enfin, la turbidité qui est produite par des matières en suspension comme les argiles dans les aquifères karstiques des eaux souterraines.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *